Nous ne plantons pas des arbres, nous développons des forêts!

221004 OZGMissieSenegalSeptOkt DD 1 116

Désolé, mais nous prenons notre temps...  

En tant que Tree Plant Organisation (TPO), nous ne sommes pas intéressés par le nombre d'arbres que nous plantons/semons mais plutôt par la gestion et les politiques des forêts que nous plantons. Nous le faisons en collaboration avec la population locale. En d'autres termes, pour OZG, il n'est pas important de savoir combien d'arbres sont plantés, mais plutôt combien d'arbres par hectare seront encore là après 30 ans pour atteindre une capture de carbone de 70 tCO2/ha. Nous visons donc 280 à 300 arbres par hectare (dans un région semi-aride). Si, au bout de 5 ans, on compte moins d'arbres que prévu, on procède simplement à un ensemencement supplémentaire.  
Nous avons très bien préparé cette phase pour qu'avec des données précises nous puissions entrer dans la phase suivante (captage du CO2) et choisir nos partenaires avec soin (à suivre). 

Avantages de la méthode du semis direct (au lieu des pépinières) : 
- plus efficace
- meilleur marché
- facile à ajuster
- une mortalité plus faible (plus de chances de survie)

Des forêts à forte biodiversité pour une plus grande prospérité

Pour Entrepreneurs San Frontières OZG/EsF, la forêt n'est pas l'objectif mais le moyen de réaliser des impacts socio-économiques pour les populations locales. Le meilleur compliment que nous puissions alors recevoir est d'obtenir la demande des chefs des villages où nous avons déjà établi des forêts pour établir d'autres forêts avec OZG/EsF. 

La raison n'est pas loin à chercher. Les premiers 750ha à Mbar Toubab (2019-2021) ont concerné 5 villages, les derniers 1250ha de nouvelle forêt à Téssékéré (2022) concernent 17 villages. Les femmes sont rémunérées pour la récolte des graines et la collecte du fumier. L'ensemencement de la forêt est également rémunéré. Les sites sont surveillés par plusieurs gardes nommés par le conseil du village. Un certain nombre de "superviseurs" formés sont également prévus pour vérifier si le travail est effectué correctement. Des dizaines d'emplois qui fournissent un revenu régulier et garanti. Plusieurs centaines de personnes sont employées pendant la saison des semailles. Tout cela crée un véritable élan dans la région au sens large. Entre-temps, la vente d'herbes pendant la saison de sécheresse constitue le premier revenu régulier. 
Cette méthode de travail garantit que nos forêts sont gérées et protégées par la population locale. Même à moyen et long terme. 

D'ici 2023, nous allons doubler nos efforts et passer à une superficie totale de 4 000 hectares. Bien entendu, nous tenons compte des souhaits de la population locale lorsque Eaux & Forêts et l'ASERGMV (agence de la Grande Muraille Verte) attribuent les sites. Il garantit la croissance et l'expansion des forêts.

Faites-en l'expérience de vos propres yeux et oreilles. 

Les gagnants du Lignaverda Challenge 2021 chez Httpool et Antargaz ont eu l'occasion de visiter avec nous les forêts aménagées et ont également eu la chance d'interagir avec la population locale. Ils ont ainsi pu découvrir notre méthode de travail, faire l'expérience de la nature transparente à laquelle nous attachons une grande importance, faire l'expérience des conditions parfois assez difficiles sur le terrain et, enfin et surtout, compter les arbres et les différentes espèces. 
Enfin, à notre siège à Dakar, nous avons rencontré le Secrétaire Général Maodo Malick NDAO de l'agence de la Grande Muraille Verte du Sénégal (ASERGMV) avec qui nous avons passé des accords pour les 5 prochaines années. 

Résultat de cette expérience ? C'est époustouflant ;-)