OZG

Notre approche

Young treeAu Sahel, la société se compose principalement de villages faisant de l'agriculture. À côté de ces villages, des nomades comme les Peuls et leurs bêtes migrent à travers le Sahel à la recherche de nourriture pour leurs animaux. Cependant, en raison des sécheresses actuelles et de la mauvaise gestion, cela s'accompagne de nombreuses difficultés. Les zones sont surpâturées et les quelques arbres encore debout sont parfois abattus, ce qui accélère encore plus la désertification. Les conflits surviennent lorsque les bovins se nourrissent dans les champs ou les jardins des fermiers. Lisez-en plus sur notre page sur la désertification.

Pour parvenir à une solution durable, OZG a développé un concept sophistiqué. Le développement initial a eu lieu dans la région du Sahel au Burkina Faso, où nous avons étudié, démarré et maintenu un projet de reboisement réussi pendant 10 ans (2007-2017). Ce projet est maintenant poursuivi par une organisation locale, et à partir de 2018, nous démarrons un nouveau projet utilisant la même méthode sous une forme modifiée au Sénégal.

Voir aussi la série de conférences qui inclut les stations local ATV et de télévision digital :
Partie 1 Le début
Partie 2 Le résultat
Néerlandais (pas encore sous-titré en français ou en anglais)

Notre approche se compose de trois phases:

  1. Implication de la communauté
  2. Démarrer le reboisement
  3. Valoriser la forêt

1. Implication de la communauté

Notre approche dépend fortement de la population locale. Après tout, les forêts deviendront leur propriété. Nous abordons donc la communauté locale directement, afin d'éviter la corruption à des niveaux plus élevés. Nous travaillons également exclusivement dans les zones de cette communauté, et impliquons des personnes à chaque partie du projet.

Gratitude from the Mayor of Gorom GoromPour démarrer, nous suivons trois étapes:

Étape 1: Nous identifions les chefs de la communauté et présentons le projet.
Étape 2: Nous assurons la participation de tous les villageois et explorons le terrain.
Étape 3: Le «protocole de concession» est signé et la planification opérationnelle et l'éducation sont commencées.

L'implication et l'éducation sont très importantes pour informer tous les villageois (hommes, femmes et enfants) de la valeur de la forêt. Nous offrons également une formation afin que tout le monde sache comment la forêt peut être gérée et entretenue.

Nous mesurons le statut socio-économique au début afin de pouvoir mesurer l'impact dans le temps.

2. Démarrer le reboisement

A new plowNous voulons restaurer les paysages dans leur état d'origine à grande échelle. Dans la région du Sahel du Burkina Faso, nous utilisons la méthode de Vallerani pour cela. Il est basé sur la rétention d'eau de pluie et de matière organique dans des réservoirs d'eau en forme de demi-lune. Ces fosses sont fabriquées avec la charrue spécialisée Delfino, tirée par un tracteur. Ce travail est effectué par une ONG partenaire locale.

Ensuite, les gens des villages (surtout les femmes) peuvent commencer à semer dans et autour de ces réservoirs. Ils sont payés pour ce travail. Pour le projet de reboisement au Burkina Faso, nous avons mis en place un mélange de graines pour les arbres (principalement des acacias), des graminées et d'autres espèces non ligneuses telles que les herbes. Pendant la saison des pluies, de juin à septembre, ces graines peuvent germer et les plantes commencent à pousser.

Village people sowing fieldsLes cultures qui sont semées avec les graines d'arbres protègent les jeunes arbres. Après trois mois, ils mesurent environ 20 centimètres de haut et, grâce aux herbes qui les entourent, ils sont à peine touchés par le bétail. Dans chaque demi-lune, environ 3 à 4 arbres survivent après deux saisons.

En moyenne, un village compte environ 350 habitants et nous travaillons sur une superficie d'environ 250 hectares. Après un an, environ 1000 arbres poussent par hectare en moyenne, qui finissent par se transformer en une couverture fermée d'environ 400 à 500 arbres par hectare. Dans les villages où les forêts poussent déjà, les habitants sont payés de nouveu pour récolter les graines des plantes afin de créer de nouvelles forêts dans la région.

3. Valorisation durable

OZG garantit la durabilité des forêts à travers le principe de valorisation. Chaque forêt est développée comme un levier permettant aux villages d'élever leur niveau de vie. Ceci est réalisé grâce à un programme de soutien basé sur trois principes. Les exemples ci-dessous proviennent du projet de reboisement au Burkina Faso, qui est maintenant géré par une organisation locale.Women society of Tongomael 1

  1. La prévention
    Entretien opérationnel et prévention sur la base de problèmes de signalement. Par exemple: vaches paissent sur les zones nouvellement semées, trop peu d'arbres par demi-lune, braconniers, etc ...
  2. Éducation
    Nous enseignons aux villageois la valeur et l'utilisation de la forêt. Par example: les bovins peuvent bientôt brouter, et après trois ans, l'agriculture devient possible. Sans la forêt, ces avantages seraient bientôt perdus à nouveau.
  3. Valorisation
    Nous offrons un soutien opérationnel pour utiliser les terres pour l'agriculture. Une variété de cultures peut être cultivée.

 
En savoir plus sur les impacts obtenus de cette manière.